Implant pour tous

Implantologie : Définition et Historique


L’Implantologie est une discipline visant à positionner un dispositif médical biocompatible dans l’os maxillaire ou mandibulaire du patient. L’ostéo-intégration du Titane dans l’os est LA propriété qui a donné naissance à l’Implantologie dans les années 1960.
Grâce aux différentes évolutions technologiques, l’Implantologie est devenue une pratique majeure au sein de l’Art Dentaire. De plus en plus de patients accèdent ou souhaitent accéder aux soins implantaires. De multiples facteurs plaident en faveur de cette technique et notamment :

  • • Un taux d’échecs très faible et inférieurs à 3%,

  • • Une durée de vie supérieure aux traitements conventionnels,

  • • La simplicité de la technique et la parfaite maitrise de sa mise en œuvre.

On peut recourir dans certains cas à l’augmentation du volume osseux de la zone à implanter si celui-ci s‘avère insuffisant. Il s’agit de techniques chirurgicales pré-implantaires (greffes osseuses).
Dans certaines indications, on peut envisager une mise en charge immédiate du ou des implants posés en mettant en place une prothèse provisoire le jour de l’intervention. Le patient n’est donc plus édenté dès ce jour ou au maximum dans les 3 jours suivant l’opération.
La démarche implantaire implique le chirurgien mais vous implique vous également. Votre praticien réalisera ainsi le projet personnel, esthétique et fonctionnel, adapté à vous seul(e).


Implants dentaires: indications et contre-indications

Implants dentaires: indications et contre-indications


Un implant dentaire ou ancrage dentaire est un dispositif médical en titane, inséré au maxillaire ou la mandibule et destiné à créer un ancrage capable de recevoir une prothèse dentaire fixe ou amovible. On peut donc considérer un implant dentaire comme une racine dentaire artificielle. Le titane, du fait de ses exceptionnelles propriétés, est utilisé dans beaucoup d’autres domaines de la dentisterie.



Principales indications d’utilisation :


  • • Remplacer une dent absente en évitant ainsi de « tailler » les dents saines voisines pour réaliser un bridge ou prothèse conventionnelle,

  • • Remplacer plusieurs dents contiguës pour la même raison,

  • • Eviter le handicap d’une prothèse amovible complète en la remplaçant par une prothèse implanto-portée,

  • • Stabiliser une prothèse amovible avec 2 ou 4 implants.


Afin que tous bénéficient de la pose d’implants en toute sécurité, il est important de faire appel à un praticien réellement expérimenté, qui utilise des matériaux faisant l’objet d’un consensus dans ce domaine, et propose un plateau technique sûr, doté d’une instrumentation adaptée.


Les contre-indications :


L’Implantologie est une technique fiable et sûre, qui a fait ses preuves. Les contre- indications, s’il y en a, ne relèvent que de l’état de santé général du patient :

  • • Contre-indications générales relatives à la santé du patient : diabète non équilibré, immunodépression, valvulopathie, infarctus du myocarde récent; ostéoporose avec prise de certains traitements par voie intraveineuse.

  • • contre-indications locales absolues : traitement par irradiation.

  • • contre-indications relatives : tabagisme ou alcoolisme excessifs, certaines maladies des gencives, femmes enceintes, séropositivité, prise de certains médicaments ou défaut d'hygiène buccale.

Il en ressort donc que la pose d’implants dentaires s’adresse à une très large majorité de patients.


Les étapes de votre traitement implantaire :

Les étapes de votre traitement implantaire sont généralement au nombre de trois et vont s’étaler sur une durée globale de 3 à 6 mois :

La première consultation :


La première consultation avec le praticien de votre choix avec votre projet reçu par mail. Cette première consultation vous permettra de faire le point sur tous les éléments a considérer : clinique, biologique, radiographique et prothétiques. Le praticien fera le point avec vous des différentes possibilités thérapeutiques et vous expliquera tous les plans de traitement envisageables. Généralement, a l’issue de celle ci, il vous sera remis un dossier de synthèse reprenant les éléments cliniques (photos et radio) et administratifs (devis, consentement éclairé, conseils). L’Implantologie n’étant pas une médecine d’urgence vous pourrez vous déterminer à tête reposé si vous optez pour cette solution, et par la suite fixer avec votre praticien les rendez-vous nécessaires.


Le RDV de pose implantaire :


Il s’agit de la phase proprement dite de pose du (ou des) implant(s).
Si vous appréhendez ce rendez-vous, vous pourrez bien entendu vous faire accompagner.
La majorité des rendez-vous durent en moyenne une heure.
Si des médicaments vous ont été prescris pensez a les apporter. Il n’est pas nécessaire de venir a jeun. A la fin une radio de contrôle sera prise. Ce sera un élément de référence pour suivre votre cicatrisation. Si vous habitez loin du praticien elle vous permette un suivi a distance pour l’envois de clichés que vous passerez sur votre lieu de résidence.
Avant votre départ les conseils post-opératoire et d’hygiène seront revus avec vous.


L’étape prothétique :


C’est celle qui va vous permettre de retrouver la fonction et l’esthétique que vous souhaitez. Elle consiste en l’élaboration et la pose de la prothèse définitive d’usage. La phase prothétique est en général réalisée par le praticien et son prothésiste après votre premier rendez-vous. C’est donc une étape simple.

Ensuite, des RDV de contrôle et de suivi régulier vous seront proposés, il est important de ne pas manquer ces rdv indispensables à la réussite de votre projet implantaire et d’observer une bonne hygiène dentaire.

Le diagnostic pré-implantaire ou planification implantaire

Le projet implantaire doit avoir pour objectifs de restituer au patient une fonctionnalité de mastication ainsi qu’un maximum d’esthétique.

Si sur un plan médicolégal une radiographie panoramique est considérée comme suffisante, la majorité des implantologues préfèrent utiliser des images en 3 dimensions. Ainsi à la fin de l’examen clinique il vous sera proposé d’effectuer des clichés complémentaires permettant une analyse plus poussée.

La perte des dents entraine progressivement un diminution et un remodelage de votre os. C’est lui qui sera le support de vos implants, sa connaissance (forme, volume, densité) est donc primordiale.

L’implant en lui même n’est pas un finalité, il est juste le moyen pour vous d’obtenir la prothèse que vous souhaitez et ainsi de retrouver votre esthétique et votre fonction. Cette planification (appelée aussi retro-planification) va permettre, à partir de votre projet prothétique, de déterminer l’emplacement le plus adapte du (ou des) implant(s). Les progrès réalisés en imagerie médicale permettent de superposer en trois dimensions la maquette de la prothèse et le support des implants (l’os) pour vérifier la faisabilité et ainsi de confirmer le projet et de prévoir les éventuels problèmes.

Dans certains cas il sera possible de préparer un guide chirurgical (issu de la maquette prothétique) permettant de guider le geste chirurgical.

La planification du projet prothétique est facile dans le cas d’un ou deux implants. Concernant les cas complexes, une analyse poussée est fortement recommandée. A cette fin, le praticien réalise un scanner ou un cône-beam avec éventuellement un guide radiographique en place. Cette  image tridimensionnelle permet de visualiser le volume osseux et de vérifier s’il nécessite une augmentation ou pas. Ces images numériques servent à concevoir la future prothèse et à positionner les implants de façon optimale. Dans ce sens, un guide chirurgical peut être conçu. C’est une maquette qui préfigure votre future prothèse et qui guide le geste chirurgical de votre praticien. De ce fait, l’intervention est anticipée et l’imprécision réduite au maximum.

Grâce à l’ensemble de ces examens, votre chirurgien analyse le volume osseux afin de déterminer si une augmentation osseuse est nécessaire ou non. Si votre praticien constate un manque ou un défaut osseux au niveau du site d’implantation, il pourra vous proposer une greffe osseuse. Ce sera donc lorsque celle- ci est importante, une étape pré implantaire.

La pose d’implants dentaires

Cette pratique chirurgicale est relativement rapide, bien maîtrisée, et les suites post-opératoires se déroulent sans problème dans la grande majorité des cas. Cette opération nécessite une asepsie opératoire rigoureuse, au bloc opératoire du cabinet, ou en clinique si l’intervention se déroule sous anesthésie générale.

Une anesthésie locale est pratiquée. La gencive est libérée pour accéder au site osseux, où l’implant doit être posé. Le chirurgien prépare le logement de l’implant, grâce à des forets de divers diamètres.


miseEnPlace

Dès que le ou les implants sont en place, le site d’intervention est suturé avec soin.

Dès lors deux possibilités peuvent se présenter pour le praticien :

  • • Avec enfouissement total des implants. La gencive est suturée dans sa position initiale. Les implants sont totalement enfouis sous la gencive. 3 à 6 mois plus tard, la gencive sera libérée afin de dégager la tête de l’implant et d’élaborer la prothèse.

  • • Sans enfouissement des implants. La gencive est suturée en laissant dépasser la tête des implants grâce à la mise en place de piliers de cicatrisation. La gencive cicatrise autour de l’implant directement. Cette technique évite le deuxième temps opératoire où il faut dégager la tête de l’implant.

Ce choix est celui du praticien en fonction de chaque cas rencontré.

La phase d’ostéo-intégration, lors de laquelle l’implant s’intègre à l’os peut alors débuter.

Une très bonne hygiène dentaire est nécessaire et recommandée.

La prothèse sur implants

La réalisation de la prothèse :


Il faut attendre que la phase d’ostéo-intégration soit achevée afin de réaliser la prothèse. Soit entre 3 et 6 mois. Ce délai varie en fonction du site implanté, de la densité de l’os…

Malgré tout, dans la mesure du possible, une prothèse transitoire, après la pose de l’implant surtout dans les secteurs antérieurs est réalisée. Cette prothèse provisoire à notamment pour but une préservation de l’esthétique du patient.

En ce qui concerne la prothèse définitive, plusieurs types de prothèses sur implants sont réalisables, au même titre que sur une racine naturelle. On pourra réaliser soit une prothèse fixe, soit une prothèse amovible. Ces prothèses généralement en résine.

Prothèse fixée sur implant :


Dans ce cas, les implants se substituent aux racines naturelles. Couronnes ou bridges sont réalisés sur implants, comme sur les racines naturelles. Une ou plusieurs empreintes sont prises au niveau des implants. Couronne ou bridge sont confectionnées par la suite par le prothésiste dentaire, puis sont vissés ou scellés sur les implants.


miseEnPlace

Prothèse amovible sur implant :


Ces prothèses amovibles, partielles ou complètes, sont consolidées par des implants. Ces derniers idéalement, doivent être placés avant la réalisation prothétique ou plus rarement sous une prothèse déjà existante. La prothèse se fixe sur les implants grâce à des attachements type boutons pressions ou de barre (barre d’ackermann), vissés sur les implants.

Avantage des prothèses sur implants

Les prothèses sur implants présentent de nombreux avantages en regard des autressolutions qui peuvent être proposées :

  • • Les prothèses dentaires ne bougent plus, elles remplacent avantageusement vos dents précédentes et vous procurerons un très grand confort durable.

  • • La qualité des résines actuelles vous permettra de retrouver une esthétique parfaite : forme, couleur, insertion …

  • • Vous pourrez croquer et mastiquer sans soucis, comme avant et ne plus vous pricer d’aucun aliment.

  • • La résorption osseuse est arrêtée. En effet, l’implant, à la différence du dentier va stimuler l’os.

  • • Fini les blessures et les douleurs des prothèses amovibles

  • • Votre santé est améliorée

Grâce à l’implant dentaire, vous préservez votre capital “santé buccale”.

Les greffes osseuses

Pourquoi faire une greffe :


La pérennité d’un implant dépend de la qualité et du volume de l’os qui le soutient.

La pose d’implants en espace réduit provoque une perte de la vascularisation donc à court terme vous exposerait à des complications. Les données acquises de la science confirment qu’une épaisseur de 2 mm d’os est souhaitable autour de chaque implant.


miseEnPlace3

Deux types de greffes osseuses existent, toutes réalisées en milieu stérile en bloc opératoire au cabinet ou en clinique si c’est une intervention sous anesthésie générale.

  • L’autogreffe : l’os est prélevé (site donneur) sur la mâchoire de la personne receveuse de la greffe. Le greffon est ensuite fixé au niveau du site receveur du patient.

  • La greffe « sans prélèvement » ou allogreffe : l’augmentation osseuse est réalisées par des matériaux de comblement d’origine synthétique ou animale répondant à tous les critères et normes sanitaires en vigueur.


Exemple de greffe : La greffe d’apposition ou en Onlay


Suite à l’extraction d’une dent, le volume osseux peut diminuer rapidement. Une augmentation est alors à prévoir, sinon la pose de l’implant est impossible.

Le principe est le suivant : un fragment d’os est greffé pour augmenter le volume osseux nécessaire à l’implant.

Le prélèvement s’effectue au niveau du menton, ou des molaires inférieures.

Le fragment ainsi prélevé, appelé greffon, est mis en place à l’aide de vis d’ostéosynthèse. En moyenne 4 à 6 mois sont nécessaires pour que le greffon se soude à l’os. A l’issue de cette période, les implants sont posés, et les vis, retirées.


miseEnPlace4

Votre praticien vous demandera si vous fumez. Auquel cas, cette technique ne sera pas préconisée car sujette à de nombreuses complications. Par contre, chez les non-fumeurs, le taux de succès est élevé.

Pratiquée par le praticien implantologue, cette intervention est certes courante, mais ne vous dispense en aucun cas de suivre scrupuleusement les prescriptions de votre praticien. De légers saignements ou hématomes peuvent apparaître. Une phase de cicatrisation est nécessaire, comme dans toute suite chirurgicale. La prise d’antalgiques suffit généralement à résorber la douleur.

Il est impératif de suivre toutes les indications et les prescriptions communiquées par votre praticien

Gestion de la douleur

Le stress lié à la pose d’implant, est normal et compréhensible. Aucune chirurgie n’est anodine. La meilleure manière de le prévenir est d’en parler. Exposez vos craintes, posez les questions qui vous préoccupent.

Les suites opératoires de ces chirurgies sont connues et bien maîtrisées. Leur prise en charge est individualisée. Il est impératif de suivre les prescriptions, et les recommandations de votre praticien.


La douleur


Elle est liée à l’importance de l’intervention, et est variable d’un patient à l’autre. Elle est fonction de la sensibilité de chacun. La pose d’1 ou 2 implants engendre peu de douleurs. Les interventions plus complexes occasionnent une gène plus ou moins dense, pendant quelques jours. La prise d’antalgique suffit généralement à réduire la douleur.


L’œdème


C’est un gonflement de la gencive et de la joue, liée à la réaction inflammatoire, consécutive à l’acte chirurgical. Son importance est variable selon l’importance de l’acte chirurgical.


L’hématome


Il s’agit d’un saignement interne, occasionnel, post-opératoire. Son étendue peut paraître impressionnante, mais est rarement inquiétante.

Le stress lié à la pose d’implant, est normal et compréhensible. Aucune chirurgie n’est anodine. La meilleure manière de le prévenir est d’en parler. Exposez vos craintes, posez les questions qui vous taraudent.

Anticiper la douleur, c’est respecter les prescriptions de votre praticien, fondées sur votre état de santé et votre bilan médical. N’hésitez pas à parler avec votre praticien, si vous avez des allergies à certains médicaments. La prescription sera revue.

Le suivi post-implantaire

Respectez les prescriptions de votre praticien et observez une bonne hygiène dentaire. Il est indispensable de consulter régulièrement votre praticien, pour prévenir toute complication.

Un suivi personnalisé sera mis en place au terme de votre traitement. Il dépend généralement de votre état buccal et du type de réhabilitation réalisée.

Des infections ou complications peuvent être notamment liées à un nettoyage insuffisant.

Prévenir les risques par un bon suivi post-opératoire :


les infections dites péri-implantites sont liées à un nettoyage insuffisant et contribuent au déchaussement de l’implant.


Prévenir ces complications par un bon suivi post-opératoire


Un nettoyage régulier et appliqué 3 fois par jour (L’UFSBD préconise minimum 2 fois) est impératif, surtout au niveau de la jonction gencive/implant.

Alliez le fil dentaire ou les brossettes interdentaires, le jet dentaire à votre brosse à dent.

Un nettoyage professionnel par votre praticien une à deux fois par an est à respecter impérativement.

Enfin un contrôle régulier de l’occlusion évite les dérèglements mécaniques. Ces ajustements pratiqués en cabinet et appelés équilibrations, sont de légères retouches des dents ou des prothèses dentaires.

Hygiène et pratique dentaire

La stricte observance de règles sanitaire assure la protection de nos patients, du personnel soignant, et du praticien. Tous nos praticiens référents s’engagent à appliquer tous les points de la Charte Qualité Plus. L’hygiène, l’asepsie et la stérilisation au sein du cabinet, sont au coeur de la démarche implantaire. La disposition doit garantir une méthode de travail ergonomiquement fondée et permettre une distinction entre les différentes zones de travail, chacune avec ses propres exigences en matière d’hygiène générale, de désinfection et de stérilisation.


Hygiène


Un espace clinique délimite le cabinet, dans lequel les contacts extérieurs sont limités. Une pièce est dédiée au traitement des instruments, et est généralement séparée de la salle d’examen et du bloc opératoire. L’équipe soignante veille à l’hygiène des mains : lavage et désinfection des mains sont obligatoires.

Les tenues du personnel sont à usage unique, calot, gants, et vêtements.


La salle de soins et l’asepsiee


Cette salle est réservée uniquement au travail au fauteuil. Un niveau maximal de désinfection, est exigé.

Le lieu est nettoyé et désinfecté après chaque acte, afin d’éliminer tout germe.
Les fournitures dentaires ( gants, pompes à salive, gobelets, …) sont à usage unique.
L’utilisation d’un désinfectant conforme aux normes hospitalières est utilisée pour la zone de soins.
Les instruments non jetables sont stérilisés dans la pièce à cet effet, et sont placés dans des sachets spécifiques.
Les déchets sont récupérés, et incinérés.


La stérilisation


Dans cette salle séparée du reste du cabinet, les instruments non jetables sont traités : tri, lavage, contrôle, désinfection, stérilisation :

Bain décontaminant.
Bac à ultrasons.
Auto-laveur avec des produits désinfectants, bactéricides, et fongicides.
Les instruments sont ensuite placés en sachets stériles et mis à autoclave, espace de cocotte minute, dont la témpérature monte à 134°C.

Ce traitement répond aux normes européennes de stérilisation.



Sourirepourtous.org est un service proposé par l'association Implant pour tous